Lectures conseillées 

 



 

Ils étaient "formés" dans une école, au Mont Karmel (près de Haifa). Cette formation durait de 7 à 12 ans, selon l'âge à laquelle on arrivait. Là bas étaient enseignés l'écriture et la lecture dans plusieurs langues, l'art des plantes et leurs utilisations thérapeutiques, une connaissance poussée du corps humain ainsi que de l'univers. 

  

On enseignait aussi l'homme à polir son âme, à devenir plus clair, plus pur. De nos jours, nous pourrions parler de cours en "développement personnel". 

  

Et bien sûr, était enseigné aussi l'usage des thérapies énergétiques. Cet art, qui ne soigne pas uniquement le corps, mais aussi l'âme. Leur savoir était donc complet et holistique, car il tenait compte de tous les aspects d'un être (physique, émotionnel, mental, et spirituel), et ceci dans son aspect sacré. Ils n'étaient pas seulement thérapeutes, mais prêtres-thérapeutes, l'un étant indissociable de l'autre pour eux. 

Et la formation en soins esséniens aujourd'hui ? 

 

Ce que nous appelons aujourd'hui "soins esséniens", c'est leur connaissance du fonctionnement des énergies et comment les soigner, avec leur sens du sacré, du respect, de l'écoute et de la compassion. 

  

Pendant quatre années, nous apprenons le fonctionnement des corps subtils, comment circule l'énergie dans les corps, celui des centres d'énergies, pourquoi et comment ils se bloquent... Et bien sûr les moyens que nous pouvons employer pour les ré-harmoniser. 

  

Cette formation a été complétée par plusieurs stages de travail intérieur, nous permettant de mettre en pratique sur nous-même, ce qu'on nous a enseigné. 

  

On nous a transmis aussi ce sens du sacré, en nous aidant à nous reconnecter avec notre coeur, et comment en faire jaillir cette onde de guérison. 

  

Lors de cette formation nous est aussi enseigné la prise en compte de la globalité de l'être, c'est à dire dans sa dimension corps-âme-esprit.  

Origines égyptiennes de leur savoir 

 

Aménophis III, pharaon égyptien, a rassemblé les connaissances thérapeutiques de son époque, et a voulu renouer avec les anciens rites dans leurs formes primitives. Pour ce faire, il a réuni autour de lui une élite qui a enseigné certains prêtres. 

  

Certains de ces prêtres étaient aussi thérapeutes et venaient de tout le moyen Orient jusqu'en Mésopotamie. A cette époque, la thérapie était une partie intégrante du sacré et de la prêtrise. Etre thérapeute, c'était aussi être prêtre. C'est de cette façon que resurgit cette ancienne technique de soins basée sur la connaissance des corps subtils, et la lumière et du son. 

  

Plus tard, son fils le pharaon Akhenaton créa en sa ville une école afin que ce savoir soit enseigné. Son assassinat mit fin au rêve d'Akhenation et de ses conseillers de créer un nouvel élan. Les prêtres quittèrent l'Egypte pour se rendre dans la région de la Palestine. C'est là qu'au travers de l'école du Karmel que ce savoir pu continuer à être transmis. La communauté essénienne en a été l'héritière. 

Qui étaient les Esséniens ? 

 

Les Esséniens formaient une communauté juive qui a vécu en Palestine il y a environ 2000 ans. 

Ils étaient appréciés et reconnus pour leurs talents de guérisseurs, mais craints aussi d'une certaine façon, car ils vivaient de façon différente que dans le reste de la Palestine. 

  

Vivant dans de petits villages, ils ne commerçaient pas, mais échangeaient ce que chacun produisait. Ils ne mangeaient pas de viandes. 

  

Ils portaient les cheveux longs et les hommes portaient aussi la barbe. Ils s'habillaient de lin blanc. 

  

Lors d'épidémies ou de guerres, ils partaient en petits groupes panser les plaies, en dormant chez l'habitant, en acceptant le gite et le couvert. 

Origine des soins